Facebook

La défense Ecolo

 waterschoot

Véronique Waterschoot 

Députée Fédérale Ecolo 

  • Que pense le groupe Ecolo sur la défense ?

Nos principaux points d'attention en matière de défense sont les suivants:

  • Agir en faveur d’une Europe de la défense intégrée en développant plus avant des synergies avec d'autres pays européens, tant pour les investissements que pour la collaboration opérationnelle.
  • Revenir aux missions centrales de la défense, à savoir, les missions à l'étranger et la défense du territoire national.
  • Renforcer l’attractivité du métier et offrir une clarté au personnel concernant leur statut, leur pension, leur lieu d'affectation et leur avenir au sein de la défense. La défense est une maison solide, le personnel en constitue les fondations, ce qui est trop souvent oublié.

Mettre un terme aux économies continues dans la défense afin, qu’en fonction des disponibilités budgétaires, les militaires puissent mener leur travail quotidien en lien avec des objectifs cohérents et dans les meilleures conditions possibles.

 

  • Quelle est votre position au sujet de l’évolution de l’âge de la pension de 56 ans à 63 ans ?

L'ambition d’une élévation brutale de l'âge de la pension à 63 ans a selon nous manqué son but. En effet, l’externalisation grandissante des jobs non-opérationnels entraîne la raréfaction des jobs de qualité et intéressants pour les militaires plus âgés. De plus, le métier de militaire est un travail lourd, exigeant physiquement et psychiquement, ayant un impact important sur la vie sociale et familiale. Une reconnaissance en tant que métier pénible doit se traduire dans un âge de départ à la pension inférieur à 63 ans.

Ecolo s’est opposé à la réforme reportant l’âge de la pension sans tenir compte du critère de pénibilité. La majorité fédérale sortante a décidé du relèvement de l'âge de la pension sans compensation d’une meilleure prise en compte de la pénibilité de chaque carrière dans le calcul de l'âge d'accès à la pension ou du montant de la pension. Il faut selon nous permettre à chacun de mettre un terme à sa carrière à un âge supportable, en fonction de la pénibilité de sa carrière.

 

  •  Quelle est votre position au sujet de l’outsourcing (Garde, Horeca, habillement …)?

Nous ne sommes pas par principe opposés au principe de l’outsourcing si et seulement si cela permet aux militaires de mieux se concentrer sur leur métier, si cela ne menace pas la stabilité des fonctions et qu’un tel recours à des firmes extérieures ne contrevient pas aux exigences de sécurité intrinsèques à la fonction militaire. L’externalisation de la garde pose ici question.

En outre, les conséquences de l’externalisation grandissante des emplois non-opérationnels entraîne la raréfaction d’emplois de qualité et intéressants, souvent occupés par les militaires plus âgés. Ceci est à nos yeux incohérent avec les velléités de prolongation de l’age de la retraite du gouvernement.

Ecolo proposera donc d’évaluer rapidement et précisément les projets pilotes et premières externalisations réalisées à l’aune des critères ci- dessus

 

  • Quelles solutions mettre en œuvre pour contrer le départ des jeunes recrues de la Défense ?

L’enjeu d’attirer et de conserver les jeunes recrues est de taille, tant pour notre armée que pour l’emploi en Belgique. Pour Ecolo, seul un ensemble de mesures concertées avec les pouvoirs publics, l’État-major et les partenaires sociaux pourra permettre d’attirer des jeunes candidats et de freiner les départs prématurés.

Il est par exemple nécessaire de travailler à une meilleure attractivité de la profession militaire en la recentrant sur ses missions (défense du territoire national et missions à l’étranger), ou en conservant une présence forte de la Défense dans toutes les provinces permettant, dans la mesure du possible, de mieux tenir compte des projets de vie des candidats.

Revoir le statut BDL, mieux tenir compte des souhaits (choix d’unité par exemple), faciliter l’équilibre entre vie privée et vie professionnelle, permettre les carrières mixtes ou à temps partiel, développer une politique de diversité dans le recrutement et la gestion du personnel, développer le tutorat ou le parrainage entre les militaires expérimentés et les nouvelles recrues, sont autant de pistes à envisager.

 

  • Quelle est votre position au sujet du BDL (le statut à durée limitée) ?

Nous comprenons les objectifs du statut BDL (carrière à durée limitée): un rajeunissement drastique de la pyramide des âges au sein de la défense et la capacité de répondre avec flexibilité aux besoins de recrutement. Il comporte toutefois une séries d’inconvénients. En effet, les militaires se retrouvent ensuite sur le marché du travail vers 30-35 ans, un moment où beaucoup construisent une vie de famille, et – comme cela semble être le cas actuellement – sans mesures d'outplacement appropriées. De plus, 8 (ou 12) ans, c'est trop court pour être pleinement rentable pour la défense. Tout ceci ne contribue pas à rendre la profession attractive.

Le personnel de la défense va bientôt descendre sous les 25 000 hommes en vertu d'une vague de départs à la pension. Nous ne pouvons pas nous permettre de laisser les gens partir trop rapidement. Dès lors, nous voulons sortir du BDL tel qu'il est actuellement. Par ailleurs, il est important de prévoir des possibilités de départ qualitatives, satisfaisantes et facultatives à différents moments de la carrière. Enfin, le rajeunissement de notre armée restant fondamental, les possibilités de mieux ajuster vie privée et vie professionnelle, à travers une flexibilité sous forme de crédit-temps, de travail à temps partiel ou de télé-travail, doivent être implémentées quand cela est possible. 

 

  • Quel avenir réserver à l’hôpital militaire Reine Astrid et à la pharmacie militaire située à Nivelles ?

Nous somme favorables au maintient d’une composante militaire et d’une expertise médicale au sein de l’armée.

L’hôpital militaire Reine Astrid dispose d’une expertise spécialisée remarquable. Celle-ci pourrait selon nous être encore mieux exploitée à la faveur des militaires (soutien médical et psychologique lors des missions, stess post-traumatique lors des retours des missions..), mais aussi des citoyens (Centre des grands brûlés, soutien en cas de catastrophe). A cet égard, les formes de coopération inter-hospitalière existantes permettent déjà d’augmenter l’offre coordonnée de soins pour les grands brûlés et la revalidation, et la réflexion en cours avec le SPF Affaires sociales et les hôpitaux civils est prometteuse et doit être poursuivie.

 

 

PROGRAMME: Ecolo Militaire        flèche5           slogan ecolo 2

 

 

 

 

 

Imprimer E-mail

Infos/Presse