La défense PTB

peter Mertens

Peter Mertens 

Président du PTB / PVDA

 

Que pense le groupe PTB sur la défense ? 

Nous optons pour une politique de paix active. La Défense doit s’entendre réellement comme « défense du territoire » et n’est pas synonyme d’interventions étrangères qui contribuent à créer le chaos, l’exode de réfugiés et le terrorisme. Dans ce sens, nous sommes toujours opposés aux interventions en Libye ou en Syrie.

Nous prônons une coopération avec les pays voisins dans le cadre strict de la défense du territoire et non pour des activités offensives ou un armement destiné à des fins offensives.

Nous axons notre politique étrangère sur le soutien aux négociations de paix régionales.

Nous soutenons l’envoi de troupes uniquement dans le cadre de missions de maintien de la paix de l’ONU. Nous le faisons en respectant des conditions strictes et en tenant compte d’une capacité spécifique qui ne serait pas disponible sur le terrain.

Nous n’achetons pas de nouveaux avions de chasse et mettons fin à la recherche et à l’investissement dans des armes offensives comme les drones armés.

 

Quelle est votre position au sujet de passer l’âge de la pension de 56 ans à 63 ans ? 

 Nous pensons qu’il s’agit d’un manque complet de respect. Nous sommes totalement opposés à la réforme des pensions du secteur public en général et celles des militaires en particulier. Pour nous, il s’agit d’un triple manque de respect. Manque de respect pour le travailleur, manque de respect pour le service public et manque de respect le militaire.

Le gouvernement sortant n’a eu de respect que pour les grosses entreprises. Il les a couvertes de cadeaux entre autres en leur offrant des réductions massives de cotisations sociales.

En procédant de la sorte, il vide les caisses de pension de la sécurité sociale et nous fait payer la facture en obligeant tous les travailleurs du pays à travailler plus longtemps. Il s’agit là d’un manque de respect vis-à-vis de tous les travailleurs du pays. Ceux qui font tourner cette société via leur travail. Ce gouvernement a choisi son camp. Celui du profit et de la finance au détriment des gens.

Mais ce n’est pas tout. Le gouvernement a fait preuve d’un manque de respect pour l’ensemble des agents de l’Etat. Dont les militaires. Que ce soit en réformant le système de congé maladie ou tentant de réformer les pensions. Le système de retraite dans le service public devrait servir - à bien des égards - de modèle pour le privé. Les pensions du public sont dans la moyenne européenne. Pourtant, c’est l’inverse qui est en train de se passer. Les derniers gouvernements par leurs réformes successives tentent de rapprocher les pensions du public de celles du privé. Celles qui sont parmi les plus basses d’Europe occidentale. Nous nous opposons à ce processus.

Et finalement, le gouvernement manque de respect pour la fonction de militaire. Une fonction dans laquelle on peut perdre la vie. Les militaires et les forces de polices se sont données corps et âmes pour le pays ces dernières années (suite aux attentats) et ils sont remerciés avec mépris via entre autre le rallongement de l’âge de la retraite.

 

Au sujet de l’outsourcing (Garde, Horeca, habillement …) ? 

Nous y sommes tout à fait opposés. Il s’agit d’une tendance qu’on retrouve dans l’ensemble des services publics qui conduit à une dégradation du service et une dégradation des conditions de travail. Et c’est aussi vrai pour l’armée. Une armée, c’est un ensemble, une famille, une symbiose, une solidarité où chacun des services doit être au service de l’autre. En externalisant une série de services et en ne laissant que la seule relation de l’argent, on affaiblit notre défense nationale et on casse aussi un peu plus le marché du travail en remplaçant le statut public par des jobs précaires du privé. Notre armée doit rester « publique » dans toutes ses dimensions.

 

Les solutions pour le départ des jeunes recrues de la Défense ? 

Il s’agit là d’un problème sérieux. L’armée doit renouveler un grand nombre de son personnel et peine à garder ses jeunes recrues. Par rapport à cette problématique nous pensons qu’il y a deux aspects.

Premièrement, les objectifs de l’armée. Une armée qui est l’instrument de guerre des USA ou de l’OTAN ne peut enthousiasmer la jeunesse. Une armée qui prend de plus en plus un rôle de police ne peut enthousiasmer les jeunes. Celles et ceux qui veulent faire des tâches de police s’inscrivent à la police. Seule une armée de défense du territoire, une armée vectrice de paix et donc de valorisation morale peut enthousiasmer durablement les nouvelles générations.

Deuxièmement, il y a les conditions de travail et la valorisation du métier: les distances à parcourir suite à la fermeture de casernes, de plus en plus de tâches en plus de leurs tâches quotidiennes, des missions de surveillance dans les villes qui n’en finissent pas. Puis les carrières courtes proposées souvent sans solution pour après, perte de reconnaissance des diplômes obtenus à la Défense, non reconnaissance du statut BDL par le milieu bancaire…

Si le métier se précarise, si les carrières s’allongent (recul de l’âge de la pension) et qu’en plus la motivation morale pour l’engagement diminue, il ne faut pas s’étonner qu’il devient difficile de recruter et de garder des jeunes. C’est pourquoi nous réclamons avec le PTB le retrait de toutes les attaques et projets d’attaques contre les fonctionnaires et les militaires: pensions, maladie, statut… Nous réclamons également des mesures pour améliorer la situation des militaires sous statut BDL (voir plus loin). 

 

La position au sujet du BDL (le statut à durée limitée) ? 

Le statut actuel doit être amélioré. L’armée doit être responsable que le militaire qui quitte l’armée retrouve un nouveau travail dans la vie civile. Elle doit contribuer à former, accompagner, recommander… les militaires qui doivent retrouver le marché de l’emploi. Tant que le militaire qui quitte l’armée n’a pas retrouvé une nouvelle vie professionnelle, l’armée doit prendre ses responsabilité vis-à-vis de ses hommes.

 

L’avenir de l’hôpital militaire Reine Astrid et de la pharmacie militaire située à Nivelles 

Nous sommes opposés à la vente de l’hôpital militaire. Il doit rester dans le giron public. Son savoir-faire en matière de traitement des grands-brûlés doit absolument être conservé et pas dilapidé ou privatisé.

Nous sommes favorables au développement et à une meilleure intégration de l’hôpital militaire avec les hôpitaux publics présents en Région bruxelloise. Mais l’hôpital ne peut en aucun cas être régionalisé. Il doit rester une référence nationale.

La fermeture annoncée de la pharmacie de Nivelles est une marque supplémentaire du démantèlement et de la privatisation de toute une série de tâches et de mission de l’armée. Là encore, nous perdons un savoir-faire précieux et utile à la société. Plutôt que la fermeture de la pharmacie militaire, là encore il aurait été préférable de développer des partenariats avec les hôpitaux publics du pays.

 

 Veuillez noter que certains programmes ont été résumé pour leur contenu concernant la défense.

PROGRAMME: PTB Militaire   flèche5    slogan ptb

Imprimer E-mail

Infos/Presse